Aller au contenu principal Aller au menu Aller à la recherche

Du Poitou aux Deux-Sèvres : l'histoire

Parthenay, Porte Saint-Jacques

De périodes prospères et sereines en violents conflits, le Poitou a exploité, mais aussi payé au prix fort, sa situation stratégique entre le bassin parisien et le bassin aquitain. De nombreux monuments et musées témoignent de ce passé, parmi lesquels les tumulus de Bougon, les Mines d’argent des rois francs, le château fort de Saint-Mesmin, le château d’Oiron, le Donjon de Niort, les cimetières protestants…

L’histoire des Deux-Sèvres, au sein du Poitou, remonte à la Préhistoire, comme en témoignent les tumulus de Bougon, sépultures datant du Néolithique. 

Après la conquête romaine, la région se développe autour de centres comme Poitiers ou Saintes et un réseau routier est constitué. À partir du IVe siècle, la foi chrétienne s'installe. Le Poitou fait alors partie du royaume d'Aquitaine, puis du duché d'Aquitaine.

La période carolingienne est marquée par une certaine prospérité, dont atteste le développement des Mines d'Argent de Melle. Plus tard, l'influence des ducs d'Aquitaine se manifeste par la construction de nombreux édifices romans (Melle, Parthenay-le-Vieux, Airvault), puis gothiques.

À partir du XIIe siècle, le Poitou constitue l'un des enjeux de la lutte entre les royaumes de France et d'Angleterre. Intégré au royaume de France en 1259, puis province anglaise à la suite de la guerre de Cent ans, l'administration royale finit par s'y établir solidement au XVe siècle.

À la fin du XVIe siècle, débute une nouvelle période difficile, celle des guerres de religion. Dans cette région où le protestantisme s’est rapidement propagé et implanté, les exactions, perpétrées contre les protestants après la révocation de l'Édit de Nantes en 1685, ont des répercussions sur la vie économique qui sombre dans un certain marasme au XVIIIe siècle (déclin de la chamoiserie à Niort, de l'industrie textile...).

La Révolution est un tournant important, puisque le 4 mars 1790 est créé le département des Deux-Sèvres. La paix est cependant longue à revenir car, après les troubles révolutionnaires, le département est touché par les Guerres de Vendée.

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le déploiement du réseau routier et ferroviaire et l'introduction de nouvelles activités agricoles et industrielles contribuent au développement du commerce, des foires, ainsi que de quelques industries (sucrerie à Melle, agro-alimentaire, ganterie, construction automobile à Niort et dans le nord du département). Après la crise du phylloxéra, le monde agricole se serre les coudes et on voit naître les premières laiteries coopératives, qui vont devenir l'une des spécificités du département. D'abord présentes autour de Surgères, puis de Mauzé-sur-le-Mignon, elles atteignent leur apogée à la veille de la Première guerre mondiale.

En 1929, la France entre dans une période de crise économique. En Deux-Sèvres, les années 1930 sont marquées par l'exode rural, le chômage... Un certain redressement se manifeste à partir des années 1935-1938, avec le développement de nouvelles industries et l'amélioration de la production agricole. C’est en réflexe au contexte national tendu, tant d’un point de vue politique qu’économique, que la première mutuelle - la Mutuelle d'Assurance Automobile des Instituteurs de France (MAAIF) - est créée à Niort en 1934.

Entre 1945 et 1975, les Deux-Sèvres connaissent une période d'expansion et de développement économique : nouvelles activités industrielles, essor des mutuelles (MAAF, MACIF...).

  • Ce contenu vous a-t-il été utile ?
  • (Attribuez entre 1 et 5 étoiles)
*

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
*