Aller au contenu principal Aller au menu Aller à la recherche

Tribune du Groupe Union Deux-Sèvres

Bienvenue dans l'espace d'expression du Groupe Union Deux-Sèvres.

Tribune publiée dans le magazine départemental Le 79 du mois de mai 2018

 

Sécurité routière, tous responsables...Tous coupables ?

Le groupe UDS a voté à l'unanimité une motion contre la décision de l'État d'abaisser la vitesse à 80 km/h. Il n'est pas question ici de remettre en cause le bien fondé de toute décision qui reviendrait à épargner des vies, à protéger les usagers. Ce souci est une constante pour les élus départementaux en charge du réseau routier secondaire. Alors soyons factuels. Voilà une mesure technocratique, sous couvert de bons sentiments rendant suspicieuse sa critique et prise sans consultation des coprs intermédiaires, pire, sans garantie de résultat. Les expérimentations menées ont démontré que l'abaissement de la vitesse maximale n'était d'aucune utilité dans la baisse sensible du nombre d'accidents de la route.
La mortalité stagne en dépit des contraintes, d'une signalétique bien plus importante que nos voisins européens et d'une législation particulièrement punitive. A croire qu'un élément échappe à nos éminents pontes parisiens. Il faut avoir échangé avec des personnels chargés de dispenser des stages de récupération de points pour savoir qu'un facteur demeure imperméable aux changements législatifs : c'est la nature humaine elle-même. La marge de manoeuvre est ténue, pour autant il n'y a aucune fatalité : sensibiliser les conducteurs à tout ce qui peut altérer leur concentration OUI, les punir par anticipation sans garantie probante NON. Quantaux conséquences de cette mesure, nous avons le choix : explosion du coût de changement de la signalétique, déclassement des Départements ruraux en charge du réseau secondaire, allongement des trajets pour les usagers les plus excentrés, et déjà pénalisés dans l'accès aux services publics et numériques. Mais lorsque l'on interroge l'État là-dessus : c'est "circulez, il n'y r ien à voir". Faute de marche arrière, le pouvoir jacobin se rendra responsable de creuser encore plus le fossé entre la République et ses territoires, avec la grogne larvée que cela suppose.


// Groupe Union Deux-Sèvres