Aller au contenu principal Aller au menu Aller à la recherche

Les Petites Cités de Caractère

petites cités de caractères deux-sèvres
mauléon deux-sèvres

Mauléon

Le cuir épais

Bâtie sur un éperon rocheux, la ville surplombe avec superbe la vallée de l’Ouin. Comme sortie tout droit d’une légende ancienne, Mauléon, étymologiquement méchant lion, conserve une structure urbaine typiquement médiévale. Les remparts surgissent au détour des rues, nous rappelant avec quel aplomb la ville a surmonté les pillages et les destructions des guerres civiles de l’Ancien Régime.

A partir du XVIIe siècle, Mauléon gagne ses lettres de noblesse dans l’artisanat du cuir. Le quartier des tanneurs témoigne avec nostalgie de cette activité. Labellisée Ville étape en 2016, Mauléon garde de sa proximité immédiate avec de grands axes de communication un avantage indéniable.

saint loup sur thouet deux-sèvres

Saint-Loup-Lamairé

La romantique
Parcourir Saint-Loup-Lamairé, c’est découvrir, au hasard d’une promenade, des maisons traditionnelles à pans de bois des XVe et XVIe siècle, des ruelles étroites et fleuries, des recoins discrets en pierres sèches... Le décor est idéal pour une bluette bucolique, tout y est charmant et semble pensé pour accueillir une troupe de comédiens prêts à jouer une saynète.

Il était une fois…
L’histoire veut que Charles Perrault, alors en voyage dans le Poitou, tomba sous le charme du château de Saint-Loup. La bâtisse plut tant à l’écrivain qu’il s’en inspira pour écrire son célèbre Chat Botté. Classés Monument Historique, le château et ses jardins nous attirent dans l’univers onirique des contes de fées.
 

Airvault

La philosophie en lumière
« La consolation de la vieillesse est de rendre la jeunesse heureuse », Voltaire songeait-il à Airvault en écrivant cela en 1763 ? Sa famille en était originaire 
et il y a passé plusieurs étés, enfant. L’on raconte que le dramaturge se serait inspiré du nom de la ville pour bâtir son nom de plume, en inversant les syllabes : air-vault / volt-aire. Le collège porte aujourd’hui le nom du philosophe.

Il ne faut pas dire : 
Fontaine, je ne boirai pas de ton eau.
Mi-granit, mi-calcaire, le sol d’Airvault cache un trésor jalousement protégé des injures de l’air et du temps : une fontaine souterraine. Le lieu est sombre et humide, à la manière d’une crypte ; il partage avec ses visiteurs les secrets de sa construction romane, sous le patronage de Saint-Pierre, au service des habitants de la cité. 

chateau oiron deux-sèvres

Oiron

Orgueil & préjugés 
Voici la preuve que les mariages du cœur offrent de grandes satisfactions. « La carpe et le lapin », « une mésalliance » que n’avons-nous entendu au moment de la transformation du château de Oiron en écrin perpétuel d’œuvres d’art contemporain ?

Est-ce pour se venger que Oiron se fait lointaine, semble toujours se dérober aux yeux des observateurs ? Assurément non, Oiron se mérite. Et la somptuosité du château ne fait pas ombrage aux merveilles qui l’entourent : les gisants de la collégiale Saint-Maurice, le cœur quasi millénaire de Sainte-Radegonde, l’église de Saint-Martin, éclose au milieu des coquelicots, le dolmen de La Pierre… Les curiosités remarquables ne manquent pas.
 

abbaye celles sur belle deux-sèvres

Celles-sur-Belle

La souveraine      
Au rang des personnages liés à l’abbaye, Clovis est celui dont la présence est la plus légendaire. Après sa victoire, en 507, il aurait fait un pèlerinage au prieuré.
Le roi Louis XI, lui, s’y rendait assurément, jusqu’à y faire ses Pâques en avril 1470. Plus tard, un autre homme politique, à la piété plus opportune, devait en devenir abbé commendataire… C’était Talleyrand.

Et si nous profitions de l’attrait de l’abbaye pour pousser plus loin la curiosité ? La vallée de la Belle, les logis protestants du cœur de ville et l’inénarrable Café du Lion d’Or n’attendent que cela.
 

melle deux-sèvres

Melle

Indomptable résistante

Capitale du Mellois protestant, Melle sait jouer de l’alliance entre ses atouts patrimoniaux et des aménagements botaniques récents. Les halles Baltard, le temple protestant et l’hôtel particulier de Menoc frayent avec un arboretum, troisième du genre en France par le nombre de ses collections végétales spécialisées. Ce chemin de la découverte se chargera de nous faire circuler de monuments reconnus en recoins de pierres ouvragées méconnus.
Ironie du sort, c’est un bâtiment catholique, quintessence de l’art roman dans le Bas-Poitou, qui figure au classement du patrimoine mondial de l’Unesco : l’église Saint-Hilaire. Etape des Chemins de Compostelle, son architecture même, conçue autour d’une nef unique à collatéraux et d’un transept bordé de nombreuses absidioles, invite à la déambulation litanique des pèlerins.

coulon deux-sèvres

Coulon

La nonchalance tranquille

Au cœur de la Venise Verte, la réputation de Coulon et de ses embarcadères n’est plus à faire. Mais s’il nous est possible de voler quelques heures de liberté à nos vies bruyantes, longeons la Sèvre de Niort à Coulon ; l’étape à La Roussille, la sérénité des arbres têtards tellement typiques et le caractère préservé de ce chemin de halage nous permettront de pénétrer à petits pas dans l’univers faussement inerte du Marais.

Le Père, le Fils et le Saint-Esprit
A deux pas de la Maison du Marais Poitevin qui accueille l’écomusée du même nom, trône l’église de la Sainte-Trinité. Fondée en 830 par une poignée de moines, elle a subi autant de destructions qu’elle a connu de reconstructions. Totalement restaurée 
au XIXe siècle, elle est inscrite Monument Historique depuis 1929. 

arçais deux-sèvres

Arçais

Authentiquement racée

Point de départ de la partie orientale, dite mouillée, du Marais, Arçais est une parfaite symbiose de plusieurs éléments de choix : des canaux étroits, des conches résolument préservées, le vert tendre des lentilles tranchant avec le bleu franc des barques, une architecture pittoresque, le tout rehaussé d’allure par le maintien digne du château classique veillant sur le port. 

En plus de l’eau
La cité suit le rythme de l’eau mais elle se laisse volontiers bousculer au gré des animations estivales. D’exclusivement maraîchin, le village est devenu le repaire fixe de plusieurs artistes et artisans d’art. Le verre, les métaux, la terre à modeler : les éléments y sont rois à plus d’un titre.

orangerie la mothe saint-héray deux-sèvres

La Mothe-Saint-Héray

Fière comme Artaban

A l’orée de la forêt de l’Hermitain, La Mothe Saint-Heray peut s’enorgueillir de posséder une orangerie édifiée par le maître maçon de Richelieu. Agrémentée, à posteriori, d’un canal et d’un jardin à la française, elle fait référence en matière artistique, comme un clin d’œil anachronique aux fêtes données par le Prince Murat, propriétaire éphémère. Les Nouvelles Métamorphoses et le Printemps de l’Orangerie sont autant d’occasions pour l’art contemporain d’investir le lieu.
 

chef boutonne deux-sèvres

Chef-Boutonne

La beauté au naturel

Berceau du grand industriel Jean-Fançois Cail au XIXe siècle, la ville doit son nom au cours d’eau la Boutonne dont la source se situe en plein centre, sous le lavoir de la rue de la Fontaine. Ici comme ailleurs, la prééminence de l’art roman s’incarne avec l’église de Saint-Chartier dont on a longtemps dit qu’elle possédait plus de 
110 reliques avant le déclenchement des guerres de religion.

Château de familles
L’architecture du château de Javarzay résulte d’un mélange entre fondations moyenâgeuses et ornements Renaissance. Par sa taille et son état de conservation, il est le premier édifice de ce style dans le département. Aux mains successives de propriétaires renommés comme les Rochechouart, les La Rochefoucauld, le Comte de Pontchartrain ou encore Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malesherbes.